Go to Top

Albums avec Psykick Lyrikah

Alors que l’enregistrement de leur album est presque terminé, les Psykick Lyrikah font la connaissance d’Olivier Mellano par l’intermédiaire du label rennais idwet. Une vraie rencontre a alors lieu, tant humainement qu’artistiquement.
Plus habitué aux projets rock, pop voire expérimentaux est néanmoins grand fan de hip hop actuel , il pose alors ses guitares sur trois morceaux du disque en préparation, faute de temps pour en faire davantage…

Depuis ce 1er album «Des lumières sous la pluie» (2004), Olivier ne quittera plus le projet jusqu’à «Acte II».

 

2004 – Des lumières sous la pluie [idwet]
«Des lumières sous la pluie» reçoit un accueil qui dépasse toutes les espérances, tant du côté du public que de la presse qui en parle comme de la découverte rap de l’année.
Les textes de Arm, même s’ils s’avèrent plutôt sombres et littéraires (voire poétiques) sont salués par tous comme quelque chose qui n’a jamais été aussi bien réalisé. Mais les musiques, qui développent des atmosphères envoûtantes, sont à l’origine d’un pont reliant hip hop, musiques électroniques et rock de si belle manière que le disque est défendu par des médias de tous horizons (les Inrockuptibles, Trax et Radikal pour n’en citer que trois).
2007 – ACTE [idwet]
Alors que Arm est sur le point d’achever l’écriture et la composition d’un deuxième album annoncé comme plus rap, Dominique Brusson (ingénieur du son travaillant notamment avec Dominique A) lui propose d’enregistrer la formule guitare/voix (avec Olivier Mellano) dans laquelle les deux musiciens s’étaient déjà produits à l’occasion de deux ou trois concerts exceptionnels.
Au bout de 3 jours, un «live en studio» est enregistré et mixé : Acte est la réponse brute (presque punk dans l’esprit) au slam à la sauce varièt-jazzy qu’on tient unanimement à nous faire avaler.
2008 – VU D’ICI [idwet]
Suite à ce beau «contretemps», «Vu d’ici» n’est achevé que fin 2007 et mixé en janvier 2008 avec le concours de Thomas Poli. Pour la première fois, outre les textes, Arm a pris en main la quasi totalité des musiques de l’album. Il y joue même des parties de guitares, même si Mellano imprime plus que jamais sa marque tout au long du disque.
Plus discret sur album que sur scène, Robert Le Magnifique apporte sa basse groovy sur Le premier soir, Laetitia Shériff pose de séduisants chœurs fantomatiques sur « Une étoile », et le batteur Gaël Desbois (Mobiil, Del Cielo, Laetitia Shériff…) participe au très post-rock L’éclair. Sans oublier le rappeur Iris (Soul Sodium, un maxi avec Para One, plus quelques perles sur des compilations çà et là) pour le duo massif et percutant « Comptez les heures ».
Enfin Dominique A, fan du groupe depuis le premier album, offre à Arm un duo grisant où sa voix sublime la production minimale et redoutable d’ « Un point dans la foule ». Au final, l’album démontre une nouvelle fois le niveau d’exigence musicale du groupe au-delà des styles, sa capacité à varier les ambiances tout en conservant l’homogénéité de l’œuvre, et toujours la singularité de l’écriture de Arm : cette fabuleuse façon de faire du Beau avec des mots.